Pédagogie d’hier et d’aujourd’hui

QUI A ECRIT … ?

 

« Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et, commencer là, justement là. Celui qui ne sait faire cela, se trompe lui-même quand il pense pouvoir aider les autres. Pour aider un être, je dois certainement comprendre ce qu’il comprend. Si je n’y parviens pas, il ne sert à rien que je sois plus capable et plus savant que lui. Si je désire avant tout montrer ce que je sais, c’est parce que je suis orgueilleux et cherche à être admiré de l’autre plutôt que de l’aider. Tout soutien commence avec humilité devant celui que je veux accompagner … » 1
« Un des plus grands problèmes de l’éducation est de concilier sous une contrainte légitime, la soumission avec la faculté de se servir de sa liberté. Car la contrainte est nécessaire ! Mais comment cultiver sa liberté par la contrainte ? Il faut que j’accoutume mon élève à souffrir que sa liberté soit soumise à une contrainte, et qu’en même temps je l’instruise à faire bon usage de sa liberté. […] Il faut lui prouver que la contrainte qu’on lui impose a pour but de lui apprendre à faire usage de sa propre liberté, qu’il le cultive afin qu’il puisse un jour être libre, c’est-à-dire se passer du secours d’autrui. » 2

 

« Volonté, et j’aimerais encore mieux dire travail, voilà ce qui manque. Aussi ai-je pris l’habitude de considérer les hommes, lorsqu’il me plaît de les mesurer non point au front mais au menton. […] je crois que la mémoire n’est pas la condition du travail mais est bien plutôt l’effet. J’admire la mémoire du mathématicien et même je l’envie ; mais c’est que je n’ai point fait mes gammes comme il l’a fait. Et pourquoi ? C’est que j’ai voulu comprendre tout de suite, et que mon esprit brouillon et rétif s’est jeté dans quelque erreur ridicule dont je n’ai pas su me consoler.
Chacun a vite fait de se condamner. […] Il faudrait savoir se tromper d’abord et rire […] J’en viens à ceci que les travaux des écoliers sont des épreuves pour le caractère, et non point pour l’intelligence. Que ce soit orthographe, version ou calcul, il s’agit de surmonter l’humeur, il s’agit d’apprendre à vouloir. » 3

  1. Sören Kierkegard
  2. Emmanuel Kant, Traité de Pédagogie, 1803
  3. Alain, Propos du 28 avril 1921.

Laisser un commentaire

*

*